Voulez-vous vraiment supprimer cette ressource ?

Médias

Rechercher

  • Retrouvez-nous sur
  •  
  •  
◄ Précédente   ressource 224 sur 1637   Suivante ►
 

 

Jeudi dernier, 4 mai 2023, un candidat à l'examen B agressait une de nos collègues, qui venait d'intervenir sur les commandes pour insertion dans un giratoire en présence d'un usager.

Après avoir vociféré, et adopté une attitude dangereuse pour les usagers de la route (accélérations brusques notamment), cet individu a été invité à s'installer à l'arrière du véhicule. Il a alors traité l'IPCSR de "vieille peau" et en serait manifestement venu aux mains si l'enseignant ne s'était interposé.

Cette agression était la 3ème dans le département du Rhône, en seulement une semaine ! (article France 3 et vidéo BFM).

Depuis toujours le SNICA-FO est investi à vos côtés pour soutenir et guider les victimes, mais aussi pour trouver des leviers permettant de limiter au maximum ces comportements agressifs.

Le SNICA-FO est notamment à l'origine de la création de l'Annonce Différée du Résultat (ADR), de son expérimentation, de son déploiement sur tout le territoire et de sa généralisation à toutes les catégories du permis. Pour mémoire, il aura fallu une quinzaine d'années de ténacité et de luttes pour aboutir à un dispositif protecteur pour tous. 

Bien que l'efficacité de l'ADR soit indéniable et à présent reconnue de tous, le SNICA-FO a continué à oeuvrer pour compléter ce dispositif, et pour que les sanctions soient renforcées.

Ainsi en 2016 et 2017, nous avons été à l'intiative d'une série de mesures négociées avec le cabinet du ministre de l'Intérieur. L'une d'entre elles a été transposée dans la LOM (loi d'orientation des mobilités), les autres ont fait l'objet d'une circulaire du MI (Juillet 2018), qui a été complétée par celle de juin 2020. 

Toutefois, outre l'augmentation de l'agressivité constatée par tous les fonctionnaires confrontés à du public, nous observons que certains éléments issus de nos échanges avec le MI ne sont pas appliqués. La fraude à l'ETG constitue également un facteur aggravant.

Enfin, comme nous l'avons encore exprimé avec force en janvier et février derniers devant la DISR et la SDERPC, la procédure B et l'enseignement dispensé à Nevers, mettent en péril l'efficacité de l'ADR et contribuent à exposer davantage les I.D.PCSR aux agressions.

Face à l'immobilisme de l'Administration sur ce dossier, pourtant urgent, et qui relève de sa responsabilité, nous avons décidé, suite à l'agression du jeudi 4 mai à Lyon Saint-Priest, de "mettre un coup de pied dans la fourmilière" en envoyant une alerte à tous nos contacts presse.

Nous répondrons à vos éventuelles questions sur les objectifs précis de notre démarche, lors de l'AG du jeudi 8 juin prochain, qui sera animée en visio depuis Bordeaux (33) par Pascale Maset, secrétaire générale du SNICA-FO.

Une partie de nos contacts presse a répondu à notre appel. Suite à nos échanges, ces médias se sont montrés disposés à faire un sujet sur ce problème grave de sécurité au travail des IPCSR, fonctionnaires d'État.

Dans le cadre de ces reportages, les journalistes nous demandent des témoignages de collègues qui ont subi une agression.

Aussi, nous proposons à ceux d'entre vous qui ont été victimes de propos et/ou comportements outrageants, diffamants, agressifs, de la part de candidats, et qui voudraient apporter leur contribution sur ce dossier, à prendre rapidement contact avec nous :

  .

Vous pouvez aussi, bien entendu, nous solliciter pour obtenir des précisions sur les attendus.

Dépassons tous les clivages, ce fléau nous concerne toutes et tous, impliquons nous !

 

(c) 2014-2019 - SNICA FO - Mentions légales - Réalisation myLittleTools