Voulez-vous vraiment supprimer cette ressource ?

Communiqués

Rechercher

  • Retrouvez-nous sur
  •  
  •  
◄ Précédente   ressource 7 sur 834   Suivante ►
 
NOUVEAU MENSONGE DE L'ETAT SUR LE PERMIS DE CONDUIRE
Cliquez pour rendre cette question favorite

NOUVEAU MENSONGE DE L'ETAT SUR LE PERMIS DE CONDUIRE

 
Posté le 23/05/2019

Au travers de sa réforme de l’examen du permis moto, la DSR s’apprête à réduire un peu plus le champ du service public en confiant au privé une épreuve théorique spécifique à cette catégorie (l’ETM). Le groupe poids lourd serait également concerné en 2021 selon des modalités comparables.

Ce projet sonne le glas de l’interrogation orale menée par les IPCSR et prive les agents d’une partie de l’évaluation relative au savoir-être des candidats.

Il équivaut en outre à un renchérissement du coût du permis de  conduire dans la mesure où ces contenus étaient validés par les IPCSR lors de l’épreuve hors circulation. A contrario, cette ETM sera désormais facturée par les prestataires privés, à l’instar de ce qui existe pour l’ETG. Alors que l’externalisation de cette dernière met en lumière de nombreuses fraudes et un taux d’échec important, l’Etat, aveuglé par son dogmatisme libéral, persiste dans ses erreurs sur un autre pan de l’examen du permis de conduire.

Profondément attachés aux valeurs du service public, les IPCSR se mobilisent depuis toujours pour la sécurité routière et l’application scrupuleuse des procédures d’évaluation.

En amputant l’épreuve hors circulation de cette partie orale, la DSR affiche un manque évident de considération pour ses agents et leur envoie même un signe qui doit être interprété comme une marque de défiance du plus mauvais aloi !  Elle préconise une fois de plus une privatisation faite pour assouvir les seuls intérêts particuliers de quelques grandes entreprises, au préjudice des usagers au pouvoir d’achat en berne.

Alors que les Français souhaitent un service public qui se réinvente, qui s’adapte à leurs besoins et à ceux de la société en général, l’action du Gouvernement consiste encore à le dégrader et à en saccager ses valeurs pour le seul bénéfice du Capital.

A bien des égards, cette réforme du permis moto est à l’avenant de celle qui se profile pour l’enseignement de la conduite en général : confortation des plateformes internet censées proposer un permis à moindre coût, Service national universel vantant illusoirement les mérites d’un passage de l’ETG financé par l’Etat à l’issue d’une formation indigente synonyme d’un échec prévisible, désintermédiation qui fragilisera le service public du permis de conduire en provoquant l’afflux de candidats insuffisamment préparés, développement des cours sur des simulateurs de conduite etc.

La macronie mise, comme toujours, sur de seuls effets d’annonce pour redorer son blason, en laissant entendre mensongèrement aux usagers qu’elle s’emploie à diminuer le coût de la vie, sans considération pour l’efficacité intrinsèque  du dispositif qu’elle propose.

La Commission exécutive du SNICA-FO, réunie à Salies-du-Salat le 23 mai 2019, s’indigne de la communication mensongère du Gouvernement dans son secteur d’activité. Elle revendique la prise en compte par la DSR des contributions successives du syndicat majoritaire de la filière pour baisser significativement le coût du permis de conduire, tout en améliorant la sécurité routière. Elle fustige notamment ce nouveau recul du service public que consacre l’ETM et revendique le maintien de l’interrogation orale par les IPCSR.

La commission exécutive appelle les inspecteurs et délégués à défendre leurs statuts, leurs missions et plus largement le service public républicain en participant à la semaine d’actions et de grèves à partir du 27 mai 2019.  CLIQUEZ ICI

 

(c) 2014-2019 - SNICA FO - Mentions légales - Réalisation myLittleTools