Voulez-vous vraiment supprimer cette ressource ?

Médias

Rechercher

  • Retrouvez-nous sur
  •  
  •  
◄ Précédente   ressource 6 sur 528   Suivante ►
 
Europe 1 / Le Figaro : les agressions des inspecteurs ont triplé en 2017
Cliquez pour rendre cette question favorite

Europe 1 / Le Figaro : les agressions des inspecteurs ont triplé en 2017

 
Posté le 08/01/2018

Article d'Europe 1 du 29.12.2017

Selon les syndicats, c'est la réforme du permis de conduire qui a provoqué l'augmentation de ce type d'agressions.

Coups, insultes, menaces... Ces scènes sont de plus en plus courantes à la fin des épreuves du permis de conduire, quand bien même le résultat de l'examen n'est plus annoncé sur place. D'une dizaine seulement les années précédentes à une trentaine en 2017, les agressions contre les inspecteurs du permis de conduire ont triplé. Et selon les syndicats, qui tirent la sonnette d'alarme, cela est une conséquence directe de la réforme du permis de conduire. Le nombre de places disponibles a augmenté. Résultat ? Certains candidats arrivent moins bien préparés et manifestent leur déception par la violence à la sortie de l'examen.

Les candidats devinent leur résultat. "On se rend compte qu'avec l'afflux de places qui a été déclenché par les réformes en 2014, on a de plus en plus de candidats qui viennent sans être prêts et qui se rendent compte qu'ils ne sont pas au niveau pendant l'examen", explique Laurent Deville, secrétaire général adjoint du syndicat Snica-FO, au micro d'Europe 1. Dans certaines situations, l'inspecteur "va être obligé de freiner ou de prendre le volant". De telles interventions sont connues pour être éliminatoires, ce qui permet aux candidats de deviner leur résultat.

"Je vais revenir te couper la tête". Cela "crée des tensions qui peuvent malheureusement déboucher sur des agressions". Au mois d'avril, "un candidat a asséné un coup de poing en plein visage" à un inspecteur en région parisienne : "Ce dernier a perdu une dent donc il y a eu un procès et l'agresseur a pris huit mois de prison ferme." Plus récemment, c'est une inspectrice qui a été violemment menacée. "Je vais revenir te couper la tête et la planter sur le portail du centre d'examen", lui a lancé son agresseur.

Rendez-vous avec Gérard Collomb. Et si le chiffre est en augmentation, il pourrait être bien plus élevé puisque certaines agressions physiques sont évitées car l'inspecteur "a réussi à fuir et se réfugier dans un local" ou grâce à des vigiles présents dans certains centres d'examen. Plus de vigiles pour surveiller les épreuves, c'est justement ce que réclame Laurent Deville. Les syndicats seront reçus par Gérard Collomb au ministère de l'Intérieur le 16 janvier prochain pour évoquer cette question.

Contrairement à ce qui est indiqué, dans la mesure où seul le SNICA FO, fortement préoccupé par cette recrudescence de violence, en a fait la demande, les autres syndicats ne participeront pas à cette rencontre avec le cabinet du Ministre de l'Intérieur le 16 janvier.

Ecoutez l'interview de Laurent Deville, secrétaire général adjoint en suivant ce lien sur le site d'Europe 1. Celle-ci a été réalisé suite à la diffusion du communiqué de presse que vous pouvez retrouver ici.

Article du Figaro du 28.12.2017

 

(c) 2014-2016 - SNICA FO - Mentions légales - Réalisation myLittleTools