Voulez-vous vraiment supprimer cette actualité ?

Editos

Rechercher

  • Retrouvez-nous sur
  •  
  •  
  actualité 1 sur 331   Suivante ►
 
Ailleurs...

Ailleurs...

Tags

  • grève
  • licenciements
  • délocalisations
Posté le 25/09/2017

Bricorama tente de faire avaler la pilule aux salariés

La section FO Bricorama, avec le plein soutien de FO Commerce, appelle les salariés à se mobiliser le 3 octobre devant le Tribunal de Grande Instance de Créteil pour défendre leurs emplois et stopper la braderie organisée.

Depuis le début de l’annonce médiatique de la vente de Bricorama à Intermarché, la direction méprise les instances du personnel, c’est pour cela que les élus ont fait appel à un expert et à un avocat au niveau du CCF.

De l’eau dans le gaz chez Engie

Un préavis de grève a été déposé chez Engie. FO et quatre autres organisations syndicales (CGT, CFDT, CFTC et CFE-CGC) appellent les salariés chargés des particuliers et de la clientèle professionnelle à un arrêt de travail.

En tête des griefs des organisations syndicales d’Engie : l’externalisation à l’étranger des activités de la relation clientèle et la séparation de l’organisation en deux directions. Car chez le géant gazier, les délocalisations succèdent aux externalisations. Une des conséquences du plan de réduction des coûts de fonctionnement de 1,2 milliard d’euros qui court jusqu’à 2018.

Grève à Châteauroux chez Carrefour

Après avoir alerté la direction du magasin à plusieurs reprises sur les conditions de travail de moins en moins supportables, et sur le manque d’effectif, FO a appelé ce mardi à un arrêt de travail surprise.

Les salariés revendiquent des embauches. A ce jour, les rayons sont vides et les réserves pleines, faute de bras pour mettre la marchandise en rayon.

En l’absence de réponses positives, les élus FO envisagent de renouveler des débrayages tous les mardis de chaque mois.

Les salariés du RSI inquiets pour leur avenir

Le Régime social des indépendants (RSI) sera progressivement supprimé pour être adossé au régime général de la Sécurité sociale à partir du 1er janvier 2018.

FO exige du gouvernement des garanties de non licenciement et de non mobilité géographique imposée pour les 6 000 salariés de l’organisme.

Sinon, elle pourrait de nouveau appeler à la grève.

Mayotte : quand Total ne rime pas avec social !

La Confédération Générale du Travail Force Ouvrière apporte son soutien aux salariés de Total Mayotte en grève pour leurs salaires et leurs conditions de travail.

Elle demande aux pouvoirs publics de faire le nécessaire pour que s’ouvrent, très vite, des négociations dans le cadre d’un dialogue social concerté.

La CGT Force Ouvrière en appelle à la direction de Total pour qu’elle prenne ses responsabilités et réaffirme qu’il ne peut y avoir un développement économique et social, particulièrement en Outre-Mer, sans de réelles négociations sincères et loyales.

Géo Ablis, deux mois pour sauver une partie des emplois

En 2013, avant le premier plan social, 160 salariés travaillaient à Géo, puis 90 après un plan de formation avec des Certificats de qualification professionnelle (CQP) destinés à faire passer les salariés de la charcuterie aux salades et plats cuisinés. Malgré les efforts consentis, 50 d’entre eux au minimum vont donc se retrouver sous peu définitivement licenciés.

La FGTA-FO et le syndicat FO Géo restent entièrement mobilisés pour obtenir les meilleures conditions de départs pour les salariés concernés tout en essayant de sauvegarder le maximum d’emploi.

Veolia Eau : grève contre un nouveau plan social

Une véritable douche froide. Le 20 juin, la direction de Veolia Eau a annoncé lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire la suppression de 572 postes d’ici fin 2019, dans le cadre d’un projet d’entreprise. Si les mesures d’âges et les départs volontaires ne suffisent pas, elle n’exclut pas de recourir à des départs contraintsCe serait le premier plan social avec des licenciements secs dans toute l’histoire de la Générale des eaux, depuis 1853, s’inquiète Jean-Luc Touly, délégué FO Veolia Eau en Ile-de-France.

Douzième jour de grève aux Talcs de Luzenac

Le 26 juin, les salariés des Talcs de Luzenac, en Ariège, ont voté leur douzième jour de grève à l’appel de FO et CGT. La carrière, située à 1 800 mètres d’altitude, et l’usine de traitement sont à l’arrêt. Selon FO, la mobilisation atteint 90 % chez les salariés hors cadres.

L’accord triennal sur l’intéressement, qui prend fin le 30 juin prochain, est au cœur du conflit.

Michelin : La purge continue !

Le groupe Michelin, un des leaders mondiaux du pneumatique, vient d’annoncer la suppression de 1 500 emplois en France, principalement sur le site de Clermont-Ferrand (63) où ce sont les catégories cadres et agents de maitrise qui vont être directement touchés.

Après la suppression de près de 800 emplois sur le site de Joué-lès-Tours (37) en juin 2013, la purge continue malgré des centaines de millions d’euros de bénéfices engrangés chaque année.

3 M, fossoyeur d’emplois !

300 salariés vont être mis sur l’autel du profit par ce groupe américain spécialisé dans les équipements de bureau, sécurité et médicaux et qui emploie plus de 90 000 personnes dans le monde dont 2 400 en France.

Malgré un bénéfice de près de cinq milliards d’euros en 2016 pour un chiffre d’affaires avoisinant les trente milliards, 3M sacrifie le site de Beauchamp qui a employé près de 1 200 personnes à ses plus belles heures.

Après avoir touché des sommes non négligeables au titre du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE), distribué des dividendes records aux actionnaires, le géant américain préfère délocaliser la production du site de Beauchamp vers des pays à faible coût de main d’œuvre comme la Pologne, le Mexique et la Thaïlande pour plus de profits.

 

Partager sur

Toute l'actualité

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 34
 

(c) 2014-2016 - SNICA FO - Mentions légales - Réalisation myLittleTools